Lyon au mois d’août | Quel musée visiter ?

Lyon au mois d’août, c’est une ville joyeuse avec son lot de touristes, mais en même temps une ville plus calme. Comment s’occuper ? Quel musée est ouvert en août à Lyon ? Tous ou presque. Vous avez jusqu’au 28 août pour découvrir l’expo consacrée à Edouard Pignon au Musée des Beaux-Arts. Vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas !!

Lyon au mois d’août | Rdv au Musée des Beaux Arts

Du haut de notre gîte chambre d’hôtes, on aperçoit le haut du clocher du Musée des Beaux-Arts.

Au-delà d’un musée, c’est un lieu secret qui mérite une visite, même pour quelques minutes, le temps de se poser sur un banc autour de la fontaine et d’admirer les sculptures posées ça et là.

Chambre d'hôtes les Toits de Lyon, vue sur le musée des beaux arts de Lyon

La chambre d’hôtes les Toits de Lyon, un lieu d’inspiration pour nos clients – Vue sur le clocher du Musée des Beaux-Arts de Lyon

Les horaires d’ouverture ? Suivez nos infos pratiques :

  • L’entrée se fait par la place des Terreaux
  • La file de gauche est réservée aux entrées, la file de droite pour les sorties
  • Le jardin et le musée sont ouverts tous les jours sauf mardi et jours fériés de 10h à 18h

Lyon au mois d’août | L’Expo Pignon à voir jusqu’au 28 août

lyon au mois d'août

Cette exposition-dossier fait suite à la donation d’un important tableau par le fils de l’artiste, Nicolas Pignon.
Considéré au début des années 1940 comme un coloriste d’une grande sensibilité, Edouard Pignon (1905-1993) est regardé par la critique comme l’un des peintres les plus prometteurs de sa génération. Il montre le désir de prendre son autonomie vis-à-vis du groupe des « Jeunes peintres de tradition française », dont font partie Jean Le Moal et Alfred Manessier et dans lequel il ne se reconnaît plus.
Dès l’immédiat après-guerre, l’artiste fait le choix d’une figuration libre et indépendante et inaugure une recherche personnelle qui marque sa différence avec les mouvements auxquels il s’intéresse.
Il prend ses distances avec la scène artistique parisienne et le « tout abstrait » qui domine l’actualité et s’installe pour quelques mois à Ostende (Belgique) en novembre 1946, animé d’une volonté de renouveler sa peinture.
Le changement amorcé sous le soleil méditerranéen de Collioure est confirmé par le choc esthétique provoqué par les paysages d’Ostende. Entre féerie du paysage portuaire et climat tragique d’une ville détruite par la guerre, Édouard Pignon s’invente un chemin de découverte pour créer un nouvel espace et une nouvelle réalité de peinture. (source : Ville de Lyon – lyon.fr)

musée ouvert à lyon en août